Aller au contenu principal

Objectifs

La nouvelle politique du canton de Berne vise à octroyer aux personnes en situation de handicap davantage de liberté dans la vie courante et leur offrir ainsi plus de possibilités de participer à la vie de la société.

La finalité du modèle bernois est de dispenser aux personnes handicapées les soins et la prise en charge dont elles ont besoin en fonction de leur situation. Ces dernières pourront ainsi choisir le type de soutien dont elles ont besoin sur leur lieu de travail et décider si elles préfèrent rester chez elles ou vivre en institution. Elles ne seront par ailleurs plus désavantagées lorsque leurs besoins d’aide sont supérieurs à la moyenne.

 

Un soutien en phase avec les besoins 

Chaque personne recevra la somme qu’il lui faut pour se procurer les soins et la prise en charge que son handicap requiert. Le nouveau système est plus juste en ceci que la garantie de prise en charge octroyée par le canton tient compte des besoins individuels. Les personnes présentant un grave handicap ou requérant une prise en charge lourde ne seront plus pénalisées si leurs besoins sont supérieurs à la moyenne et celles dont les nécessités sont moins importantes ne seront plus indûment favorisées.

 

A prestation égale, tarif égal 

Les tarifs facturés par les institutions sont l’aboutissement d’une longue évolution et ne sont pas uniformes. Grâce aux nouveaux coûts normatifs, les prix des prestations de soins ou de prise en charge seront uniformisés, quelle que soit l’institution qui les dispense.

Libre choix 

Le nouveau modèle bernois donne aux personnes en situation de handicap le libre choix du fournisseur : soit une institution, soit un assistant personnel ou une assistante personnelle, tant en matière de logement et de loisirs que de travail. Ces personnes peuvent ainsi décider en toute indépendance auprès de qui elles entendent se procurer les prestations dont elles ont besoin: institutions (homes, ateliers ou foyers de jour), fournisseurs privés, proches, voisins ou assistante-e personnel-le sur le lieu de travail.

Pour leur garantir cette liberté, le canton a réorienté sa politique afin de verser aussi des contributions destinées à financer les prestations ambulatoires, alors qu’il ne finançait auparavant que les pensionnaires des homes. Grâce à ce nouveau modèle de financement, les personnes en situation de handicap peuvent aménager leur quotidien comme elles l’entendent et mieux tenir compte de leurs besoins.

Indemnités versées aux proches 

Les proches, qui jouent souvent un rôle important dans la prise en charge des personnes handicapées, ne recevaient jusqu’ici aucune compensation pour les soins qu’ils dispensaient. Dorénavant, ils seront indemnisés dans une certaine mesure, car le canton versera également des contributions pour les prestations ambulatoires. Ce nouveau système permettra à davantage de familles de garder les personnes handicapées chez elles.

Les proches doivent être employer selon le droit du travail pourque leurs prestations soient rémunerées comme un/e assistant/e.