Aller au contenu principal

Rapport d’expérience

La mère de Samuel K. raconte :

« Je trouve le nouveau concept cantonal pour les personnes en situation de handicap tout simplement génial! Mon fils Samuel (24 ans) souffre de schizophrénie catatonique et a besoin d’une assistance individuelle 24 heures sur 24. Ces soins coûtent cher, parce que Samuel souffre de blocages moteurs et ne peut, par exemple, pas s’habiller ou se doucher tout seul. La maladie de Samuel est très rare. Elle le handicape aussi bien psychiquement qu’au niveau moteur. Grâce au nouveau concept pour les personnes en situation de handicap, je peux organiser la vie de Samuel avec plus de souplesse et j’ai un plafond de coût plus élevé à disposition. J’ai par exemple nouvellement la possibilité de rechercher un emploi pour Samuel, lui permettent de travailler quelques heures. Et je peux procéder à des adaptations individuelles du salaire des assistants qui s’occupent chaque jour de Samuel durant la semaine. 

J’ai également trouvé très positive l’évaluation des besoins. En raison de sa maladie rare, Samuel passe souvent entre les mailles du filet. Ce n’est plus le cas : la nouvelle procédure d’évaluation est très précise et détaillée. Je me suis sentie bien soutenu et comprise. La plus grande liberté d’action concernant l’organisation de l’habitation et du travail a toutefois également entraîné une augmentation de la charge administrative. »

 

*Samuel K. a 24 ans et souffre depuis sept ans de schizophrénie catatonique. Il participe au projet pilote du nouveau modèle bernois. Samuel K. vit chez ses parents. Il aime faire du sport (vélo, natation, hockey sur glace, escalade, ski) et joue volontiers à des jeux vidéo ou des jeux d’ordinateur.

Samuel K. (à droite) avec son assistant personnel
Samuel K. (à droite) avec son assistant personnel